• Le 13 décembre 2018
  • 14h00 / Amphi 250 / UFR STAPS / Entrée libre et gratuite

Thèse du laboratoire "Motricité, Interactions, Performance" (E.A. 4334)

Évaluation de la raideur des muscles de la jambe durant l’étirement passif.

Application chez l’adulte ayant subi un Accident Vasculaire Cérébral

Résumé :  L’étirement passif occupe une place fondamentale dans l’examen clinique des complications motrices d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) pour permettre d’identifier les structures musculo-tendineuses particulièrement touchées et servir, en complément d’autres mesures, à mettre en place la stratégie rééducative adaptée à chaque personne. Cependant, l’examen clinique évalue de façon globale les muscles d’un groupe musculaire sans identifier la contribution de chacun des muscles étirés à la réponse observée. Ce projet de thèse visait à étudier la variabilité spatiale de la raideur à l’étirement passif des muscles fléchisseurs plantaires par la mesure du module d’élasticité de cisaillement (via la technique d’élastographie par ondes de cisaillement), et d’appliquer cette méthode auprès d’une population ayant été touchée par un AVC. Deux études ont été menées sur des sujets sains, puis sur un échantillon de patients présentant une hémiparésie post-AVC. Les résultats montrent que le module d’élasticité de cisaillement était plus important après l’AVC au niveau de régions bien précises distalement au sein des muscles gastrocnemius medialis et soleus. Une dernière étude conduite auprès de participants sains a confirmé qu’un faible niveau d’activité musculaire (>1% du maximum) se répercutait de façon non négligeable sur les propriétés mécaniques des tissus durant l’étirement. Ces travaux apportent de nouvelles informations sur les localisations musculaires qui pourraient voir leurs propriétés mécaniques Ces travaux apportent de nouvelles informations sur les localisations musculaires qui pourraient voir leurs propriétés mécaniques évoluer après l’AVC. Ils ouvrent vers de nouvelles perspectives de recherche visant à évaluer l’action de stratégies thérapeutiques individualisées selon la localisation des troubles observés.
Guillaume Le Sant (masseur-kinésithérapeute D.E.)


Rapporteurs
Pierre PORTERO, Masseur-kinésithérapeute D.E, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil
Raphaël ZORY, Professeur des Universités, Université de Nice-Sophia Antipolis

Examinateurs
Brigitte PERROUIN-VERBE, Professeur des Universités - Praticien Hospitalier, CHU Nantes / Université de Nantes
Jean-Michel GRACIES, Professeur des Universités - Praticien Hospitalier, AP-HP CHU Henri-Mondor / Université Paris-Est Créteil            

Directeur de thèse
Antoine NORDEZ, Professeur des Universités, Université de Nantes

Co-directeur de thèse
Raphaël GROSS, Maître de Conférences - Praticien Hospitalier, Université de Nantes


Invité
Jean-Marie LOUCHET, Masseur-kinésithérapeute D.E., Cadre de Santé, Directeur IFM3R Nantes