• Le 21 mars 2016

Nouvelle publication : Une réduction de notre capacité de production de force est parfaitement perçue indépendamment de la présence d’une douleur associée

Altered Force-Generating Capacity Is Well Perceived Regardless of the Pain Presence

Deschamps, T., Magnard, J., Jubeau, M., Hug, F., & Tucker, K.

Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance

Summary: An inability to perceive changes in action capabilities may result in increased risk of injury and/or reduced performance. We investigated whether the perception of ability to perform a maximal single-leg hop was updated when the actual ability to perform the task was reduced due to experimentally altered force-generating capacity and associated pain. Twenty-five healthy volunteers performed a series of maximal isometric voluntary knee-extensions (MVC), performance estimates and actual performances of a maximal single-leg hop. The motor tasks were completed for each leg, before (t0_pre), and immediately (t0_post), 48 hours (t+48h) and 1 month (t+1month) after, a neuromuscular electrical stimulation (NMES) protocol was used to decrease the force generating capacity of the quadriceps muscle of one leg. MVC torque decreased by ~30% after the NMES protocol for the stimulated leg at t0_post and t+48h (p <.001). This reduction was associated with a significant decrease in estimation of performance and actual performance of the maximal single-leg hop at t0_post and t+48h for the test leg (p < .001). The reduction in performance ability was associated with low-level pain immediately after NMES, and moderate pain and an increase in the belief that everyday motor tasks would be harmful 48 hours after NMES. Participants accurately estimated their performance capabilities during each testing period.

Implications: This study provides a critical step towards understanding the potential for decreased force-generating capacity and muscle pain to modify the relationship between motor performance and perceived abilities.


Résumé : Une incapacité à évaluer nos possibilités d'action peut se traduire par un risque accru de blessure et/ou une moindre performance. Aussi nous nous sommes demandés si la perception de notre capacité à sauter le plus loin possible (départ sur un pied - arrivée même pied) s'actualisait quand bien même la capacité réelle à réaliser cette tâche était expérimentalement réduite par une altération de la capacité de production de force, associée à une douleur aigüe. Il a été demandé à 25 jeunes volontaires de réaliser des contractions isométriques volontaires d'extension de la jambe, une tâche d'estimation et de performance réelle de la tâche de saut maximal en longueur. Chacune de ces tâches expérimentales était réalisée pour chaque jambe, avant (t0_pre), et immédiatement (t0_post), 48 heures (t+48h) et 1 mois (t+1month) après un protocole de stimulation neuromusculaire des quadriceps de la jambe « testée », afin de réduire la capacité de production de force. Les résultats montrent que cette réduction était associée à une diminution significative de la performance réelle et de la performance maximale estimée de saut à t0_post et à t+48h pour la jambe testée (p < .001). Cette réduction dans notre capacité à performer était associée un faible niveau de douleur juste à t0_post, et à un niveau significatif de douleur et une croyance renforcée que nos activités motrices quotidiennes sont potentiellement dangereuses 48 heures après le protocole de stimulation. Pourtant les jeunes participants actualisent avec précision leurs possibilités d'action à chaque période d'évaluation, quel que soit le niveau de douleur associée.

Implications : Cette étude permet de questionner si le processus de perception des capacités d'action s'actualise de la même manière chez des personnes souffrant de douleurs chroniques, qui entretiennent une relation cognitive à douleur (et à l'efficacité perçue) différente.